Marque employeur : Le business model gagnant de SAS Institute

Miguel Labourg

Premier éditeur mondial indépendant d’informatique décisionnelle, SAS Institute, grâce à la solidité de son modèle stratégique, sait combiner performance et bien être au travail. Le groupe est fondé sur des valeurs humanistes fortes : pas de licenciement économique, pas de sous-traitance et pour chaque patron de filiale, l’objectif de faire progresser la société dans les premières places du classement Great Place to Work®.

Explications avec Miguel Labourg, DRH France de SAS Institute.

Agnès Duroni – Bonjour Miguel, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Miguel Labourg – J’ai 48 ans. Je suis titulaire d’un MBA en Finance et j’ai également un diplôme en Ressources Humaines. Après avoir exercé des fonctions dans les Ressources Humaines dans des groupes tels que Chronopost ou EuroDisneyland, j’ai été DRH dans des sociétés internationales telles qu’Orange (Hutchison Telecom), NEC ou le groupe pharmaceutique BAXTER. Je suis arrivée chez SAS Institute, en juin 2010 motivée par les valeurs humaines et sociales ainsi que par la forte culture d’entreprise de cette entreprise non cotée.

Vous avez un système de management très novateur, et très différent des modèles rencontrés habituellement. Sur quoi reposent ces différences ?

 Nous avons une très forte culture sociale et nous menons une politique sociale. Cette politique se concrétise par un cadre exceptionnel de travail où les valeurs humaines sont associées au cœur même de notre business. Nous souhaitons avant tout faciliter la vie pratique de nos collaborateurs afin qu’ils aient moins de contraintes sur leur lieu de travail. Nous pensons que les problèmes logistiques entravent le bien-être des collaborateurs mais aussi leurs conditions de travail. C’est pourquoi nous essayons de leur simplifier leur quotidien. Par exemple, nous avons inauguré une crèche fin février, nous avons récemment ouvert des bureaux à Paris pour faciliter les déplacements à l’ouest, et nous avons mis en place une charte de télétravail et de travail à distance pour les cadres autonomes. Nous n’hésitons pas à aider un collaborateur qui est en difficulté financière, ou encore touché par la maladie ou le deuil.

Partout dans le monde, SAS Institute propose un cadre exceptionnel de travail. Pour les collaborateurs français, il s’agit d’un château en Seine et Marne (domaine de Grégy) et de plusieurs bâtiments entourés d’un parc boisé, et agrémentés de court de tennis, salle de sport, parcours pédestre, conciergerie,…C’est un système qui repose sur la confiance. Un collaborateur peut  jouer au tennis ou profiter de la salle de sport, à n’importe quel moment de la journée. En contrepartie, l’entreprise mise sur une forte implication de ses collaborateurs. La notion d’ «accountability » est très importante. Nous sommes très attachés à la responsabilité et  l’autonomie. Nous demandons à nos collaborateurs de s’investir, d’être force de proposition et participatif à la vie de l’entreprise.

Nous sommes également à l’initiative d’un grand nombre d’actions caritatives: participation à la course de la Parisienne pour la lutte contre le cancer, et à la course du Cœur pour le don d’organes, dons de jouets au Secours populaires,  collectes de fournitures scolaires en faveur d’hôpitaux africains,…

Quels sont les faits marquants et les résultats d’une telle politique ?

Inéluctablement la satisfaction de nos employés. Nous avons, récemment, réalisé une enquête de satisfaction interne, basée sur  cinq thèmes : la crédibilité, la fierté, la convivialité, le respect, et l’équité. Nous avons obtenu un taux de retour de  72 %. Par ailleurs, 87 % de nos collaborateurs ont déclaré être satisfait de l’entreprise et 96% ont exprimé leur satisfaction quand à leur intégration. Nous sommes particulièrement attentifs à cette étape. Tous les nouveaux embauchés sont accueillis  et nous nous engageons à leur fournir leur matériel de travail (PC, étiquette bureau, téléphone,…) en moins de quatre heures ! Pour nous, l’intégration reste fondamentale. Je soulignerai également dans les faits marquants notre croissance et enfin notre visibilité dans les classements employeurs.*

En quoi  les classements sont-ils importants pour vous ?

La participation à des classements comme Top Employeur ou Great Place to Work® nous a permis de travailler notre visibilité. Depuis un an et demi, nous avons noté une nette amélioration dans la qualité des CV reçus ainsi qu’une satisfaction interne croissante. Nous souhaitons également installer une relation durable avec  nos clients. Les classements assoient notre réputation. Et enfin, ils nous permettent d’impliquer nos collaborateurs. Nous avons demandé cette année à une cinquantaine de collaborateurs de participer, par le biais de témoignages écrits ou vidéos à l’enquête Great Place to Work®. Ils ont réalisé des témoignages écrits, des photos, et des vidéos dans une très belle ambiance de collaboration.

Quelles sont vos priorités et vos axes de travail pour 2012 ?

Nous avions une politique de recrutement qui ciblait plutôt des profils expérimentés. Nous souhaitons  développer notre marque employeur auprès des jeunes diplômés. Ils ont la faculté à être formés à nos méthodologies et nos produits et ensuite d’évoluer en interne. Nous allons mettre en place une université d’été destinée à des candidats débutants ou ayant jusqu’à 2 ans d’expérience. Durant un mois, ils seront formés à nos produits, nos solutions et nos métiers, avant d’intégrer SAS Institute. La  mobilité (notamment à l’international) sera également un axe de travail du groupe avec des propositions de passerelles et des opportunités pour changer de métier, de secteur, ou de pays plus facilement. Nous continuerons bien sûr à former l’ensemble de nos collaborateurs. Le groupe a fait de son centre de formation un point d’excellence pour l’expertise métier et les certifications SAS. De nombreuses formations (expertise, métier, développement personnel, langues,…) permettent ainsi d’accompagner les salariés tout au long de leur parcours professionnel. Et enfin, nous allons poursuivre nos réflexions sur l’amélioration constante du bien-être des collaborateurs…

Avez-vous prévu des recrutements en 2012 ?

Oui, nous avons prévu de recruter des commerciaux (seniors, juniors et sédentaires) ainsi que des consultants avant-ventes, des chefs de projets et des consultants implémentation. Nous allons également rechercher des stagiaires et des contrats d’apprentissage.

Environ 30 postes seront ouverts en 2012.

Edouard Fourcade, votre Directeur Général, cite « Chez SAS Institute nous n’affichons pas les valeurs, nous les vivons ». Pouvez-vous nous expliquer ?

Effectivement, nous ne souhaitons pas afficher nos valeurs. En revanche, nous sommes très respectueux des valeurs humaines du candidat lors du  processus de recrutement. Nous sommes en particulier très attachés à recruter des candidats qui seront prêts à aider les autres et qui n’auront pas une démarche individualiste. L’année dernière, nous avons d’ailleurs renforcé cet axe en formant tout le comité de Direction ainsi que nos managers opérationnels afin d’améliorer la cohésion d’équipe et le respect des autres.

Et vous, Miguel,  qu’est ce qui vous a marqué lorsque vous avez intégré SAS Institute ?

Au delà du site prestigieux, j’ai trouvé ce que l’on m’avait expliqué lors de mon processus de recrutement. Un dernier détail a fait pencher la balance en faveur de SAS, c’est le fait que Jim Goodnight, le fondateur de l’entreprise au plus fort moment de la crise a réuni l’ensemble des équipes pour leur dire qu’il n’y aurait pas de licenciement en leur demandant de gérer l’entreprise comme si c’était leur propre argent. Et, ce n’était pas que des mots…

Merci beaucoup Miguel.

* La filiale française de SAS, a remporté la 7e place du prestigieux palmarès des 34 entreprises de moins de 500 employés retenues par l’Institut Great Place to Work®. Elle reçoit ainsi le label Best Workplaces France 2012 et progresse de 11 places dans le classement.

Elle a également été récompensée par le label Top Employeur du CRF Institute en 2012, 2011 et 2010.

 

Le business model de SAS Institute

2 commentaires

  1. Franck Léchelle Répondre

    Interview très intéressante! Le meilleur des méthodes américaines implémenté en France.

    • Agnès Auteur de l’articleRépondre

      Merci beaucoup. D’autant plus impressionnant quand on sait que le modèle de SAS fonctionne depuis plus de 35 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *