L’entreprise idéale de demain

entreprise idéale

 

A quoi rêvent les étudiants? Comment imaginent-ils l’entreprise idéale ?

 Deloitte a réalisée en partenariat avec JobTeaser, une étude auprès de 1065 étudiants (68% issus d’école de commerce, 10% d’ écoles d’ingénieurs, 15% d’universités) qui permet de dessiner le portrait de l’entreprise telle que les jeunes collaborateurs de demain l’imaginent.

 

Voici quelques points clés qui ressortent de l’étude et qui me semblent intéressants de souligner :

  • 90% d’entre eux pensent que l’entreprise reste un lieu d’épanouissement personnel
  • 81% des étudiants aspirent à un environnement international
  • La crise de confiance du secteur financier diminue son attractivité au profit des secteurs high-tech (11% en 2013 vs 7% en 2012) et services (21% en 2013 vs 11% en 2012)
  • Le souhait d’intégrer la direction financière est plébiscitée majoritairement, suivie du Marketing/ Communication, ce qui s’explique aisément par l’origine des étudiants, issus pour la majorité d’écoles de commerce
  • Dans les valeurs prépondérantes, on retrouve l’esprit d’équipe et de communauté (28%) suivie du savoir-faire, de la qualité de service, et de la satisfaction client (18%) puis de la transparence et du partage de l’information (11%). Loin derrière, la RSE (6%) et la parité hommes/ femmes (2%) qui ne semble pas être un débat
  • 88% plébiscitent le travail en équipe mais paradoxalement souhaitent une forte autonomie/ liberté en préférant des bureaux semi-fermés à l’open-space
  •  Ils estiment que leur personnalité sera un critère déterminant pour être recruté, bien plus que leur formation
  • C’est la fin du management directif, ils sont 72% à vouloir un management participatif basé sur de nombreux échanges. Le manager idéal est un organisateur (discipliné, fiable, ordonné et efficace) et un promoteur (extraverti, enthousiaste, et communicatif)
  • 66% des étudiants considèrent que les qualités du manager doivent être avant tout relationnelles plutôt qu’organisationnelles
  • Et enfin, le niveau de rémunération comme facteur d’attractivité n’arrive qu’en troisième position après l’intérêt du travail et le développement des carrières

Pour télécharger l’étude :

http://www.deloitte.com/view/fr_FR/fr/mediatheque/a57b008adf23e310VgnVCM1000003256f70aRCRD.htm

1 Commentaire

  1. Direct Emploi Répondre

    Les résultats de cette étude me semble tout à fait en cohérence avec l’audience de l’étude (principalement des personnes issus d’école de commerce).
    Même si la formation d’un candidat sera selon moi déterminante lors de la sélection des CV pour passer un entretien d’embauche, je pense qu’en effet la personnalité du candidat fera la différence lors d’un recrutement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *